Carnet de route

Raid raquettes Jura février 2013

Sortie :  Traversée du Jura (Doubs - Jura) du 09/02/2013

Le 02/03/2013 par BRUCKERT Christine

Raid raquettes dans le Jura du 9 au 15 février 2013

 

Nous voici à la dernière étape de la traversée du Jura à raquettes. Georges nous a, cette année, proposé un tracé, allant des Fourgs  jusqu’au saut du Doubs  et faisant des petites incursions en  Suisse. (10 participants).

Les 2 années précédentes nous avaient menés de la Borne aux Lions tout au sud jusqu’aux Fourgs, proche de Pontarlier.

 

J 1  Nous voilà partis d’Alsace  en covoiturage, sous la neige (bonne augure ?!!) ciel gris. Nous nous sommes arrêtés au théâtre Romain à Mandeure pour récupérer Myriam. Puis direction Villers le lac, où nous laisserons une voiture  à l’auberge Franc- comtoise (dernière étape de notre raid). Continuation pour les Fourgs sous un beau soleil et nous voilà aux Grands Prés chez Eric et Viviane. Il fait grand beau. Nous chaussons nos raquettes pour une mise en jambe et nous sommes partis pour la Roche Sarrasine (très beau point de vue sur le plateau d’Arlier, le château de Joux, le Larmont et le fort Malher). La montée s’est faite à travers pâtures et forêts dans de la très bonne neige. Quel régal surtout après nos 3h de route.
Retour à notre hébergement où nous attendaient une bonne infusion et les scharwas ramenés d’Alsace. Nos hôtes nous  avaient préparé un très bon dîner et après avoir fait le point pour le lendemain tout ce petit monde est parti se coucher.

J 2  Après avoir pris des forces au petit déjeuner et pris congé de nos hôtes nous voilà partis <plein Nord> (comme dirait Georges !) pour traverser le plateau des Fourgs sous un ciel bleu, un soleil lumineux et de la bonne neige. Nous dépassons les Granges Berrard , le lieu-dit la Fuve, toujours plein nord et dans un paysage hivernal grandiose. Sur le Mont des Verrières nous entamons la descente dans la vallée de la Morte et à Bourgeau nous remontons sur le plateau du Larmont. Pente rude qu’il a fallu remonter sur une route partiellement déneigée, mais qu’importe puisqu’il faisait beau.Une fois les Granges d’Agneaux dépassées mais cette fois-ci dans une bonne neige nous arrivons à la borne frontière 162 et nous basculons en Suisse.Encore un certain temps et nous voilà aux Petits Cernets, où nous attendent un bon hébergement et une bonne bière !!!
Mise au point, comme tous les soirs, repas et dodo, pas besoin de berceuse.

J 3  Le temps s’est gâté : il neige et il fait gris L’ascension du Grand Taureau est compromise, et changement d’itinéraire. Cette fois nous partons plein ouest entre France et Suisse. Nous quittons les  Petits Cernets direction les Grands Cernets, la citadelle, la Grosse Ronde (poste de douane) et alors là !! plus de traces pour traverser « le petit collu sur la crête frontière !». La neige était importante et à tour de rôle  chacun faisait la trace. Puis nous avons longuement longé le ruisseau des Entreportes. Au bout d’une bonne heure nous étions en vue des Dames des Entreportes. La légende raconte que les trois filles du sire du château de Joux, Loïse, Berthe et Hernance, furent pétrifiées et transformées en immense roche, pour échapper à leurs époux.

J 3 Le temps d’une photo et d’un petit en-cas nous sommes repartis par le défilé pour rejoindre la ferme des Ouilettes où nous nous sommes un peu reposés. La petite troupe commençait à fatiguer et nous n’étions pas vraiment près du but. La pause fut courte, il faisait froid. Direction la ferme des Moines, le moulin Maréchal. A  partir  de là il a fallu à nouveau tracer dans la neige haute et ce jusqu'au village Les Alliés. (Au moyen âge cette commune était en territoire suisse et se prénommait « les Allemands.  Elle devint française en 1819. Par le décret du 20 octobre 1915 elle est devenue « les Alliés ». En 1940  les Allemands la débaptisèrent et en 1944 à la libération elle retrouva son nom d’avant 1940) Il était 16h et nous étions partis à 8h30 …Pour accéder au gîte de la Perdrix nous avons un ultime raidillon et la route sur 2 km. Un ouf de soulagement à la vue de l’auberge où nous attendaient gîte et couvert (environ 16km et 7h30 de marche réelle)

J 4  Il a beaucoup neigé durant la nuit et Georges était très soucieux de partir tôt pour arriver tôt, (si possible !). Nous passerons par la Fresse, puis sous les Rochers du cerf, d’où belle descente dans la combe du même nom et dans la bonne humeur malgré la grisaille.Arrivés au lieu-dit le Théverot nous reprenons des forces puis continuation direction  les Seignes. Nous traversons la frontière  Bredot, pour arriver vers le lac des Taillères qui, avec la Brevine, est connu pour être l’endroit le plus froid de Suisse. Depuis la Perdrix nous suivions un itinéraire historique emprunté depuis la nuit des temps par les marchands, les contrebandiers et les moines, qui eux, allaient de l’Abbaye de Montbenoit au Prieuré de St Pierre. Au carrefour coté 1053 nous tournons à gauche vers les Bornels et à travers pâturages et en traçant dans de la neige très poudreuse, nous  retraversons la frontière au col de l’Helvétia. Après 1 km de route pour le Nid du Fol, nous empruntons la piste de ski de fond direction l’auberge du Vieux Châteleu (2km) en passant sous le Mont Châteleu perdu dans le brouillard.

L’auberge date du 18° siècle, assez rustique mais très conviviale. L’absinthe a bien contribué à la chaude ambiance.

J 5  Petit déjeuner très copieux et normalement petite journée !!!
Temps clair et vif. Le froid pinçait. Direction plein Nord- Est les petites charmottes  et au point 1098 nous reprenons le GR. Quelle quiétude dans ces sous-bois avec une aussi belle neige, où seules les traces des animaux faisaient tache sur cette surface blanche. Petit arrêt  à la chapelle Ste Anne  aux Cernoniers. Toujours le GR vers le Vion Billard  et le belvédère au dessus du village de Derrière le Mont. Nous sommes revenus  un peu sur nos pas et nous avons filé vers Meix Lagot, les Feuves, Le Gardot et la frontière suisse. Petit arrêt dans une grange pour prendre des forces.  Il fait froid et nous sommes vite repartis toujours sur le GR qui jouait à saute-mouton avec la frontière. Nous cheminions dans un paysage et un sous-bois dignes d’un peintre et tout au long de la frontière on rencontrait  des bornes datées de 1819 (la commune  de Cerneux-Péquignot, française depuis 1678, fut cédée à la principauté de Neuchâtel par le traité de Paris du 30 Mai 1814 : cela entraîna une modification de la frontière. La pose des bornes n’interviendra qu’en 1819). Cela nous rappelait les bornes de nos crêtes vosgiennes. Arrivés au-dessus de Villers le Lac, au niveau des remontées mécaniques, nous amorçons la descente assez raide,une petite remontée et nous voilà à l’auberge Derrière la Roche.  Mais où se trouve l’entrée ?? Tout simplement par le grenier à foin, car nous nous trouvons devant une ferme typique du Haut Doubs. Nous apprécions  le confort du Gîte d’autant plus que, aujourd’hui, nous sommes arrivés tôt.

J 6  Beau temps  mais froid (-15)
Le beau temps a inspiré Georges : nous irons au Saut du Doubs en passant par la Suisse.Nous voilà repartis pour le dernier jour, direction les Creuseys et le Chauffaud. Passage de la frontière et à travers bois et prés nous débouchons  aux abords de la ville de Locle.  Misère : quelle puanteur avec toute cette circulation ! Après quelques minutes nous délaissons la route avec soulagement et nous descendons en forêt  par un sentier au départ très raide  et qui se transforme en chemin un peu casse-gueule. Mais revoilà dans une belle montée jusqu’à un lieu appelé Caroline  suivie d’une descente vers les Brenets.  Nous prenons la petite route (très monotone)  qui nous mène au Saut du Doubs. Au niveau de l’hôtel du Saut, nous empruntons la nouvelle passerelle qui nous permet de passer en France. Halte dans un bel abri érigé  en partenariat avec la Suisse (belle exposition de photos) Après avoir repris des forces,  direction le saut du Doubs. Tout d’abord le belvédère inférieur, puis le supérieur. Nous étions saisis d’émerveillement : les eaux du Doubs retombaient dans un magnifiques palais de glace : les berges étaient figées entre stalactites et stalagmites givrées. Continuation vers le belvédère des Roches (pas pratique la raquette pour monter des escaliers et puis contourner les stalactites de glace) Vue magnifique sur les méandres du Doubs et les multiples traces des petits animaux  sur la glace.
La petite troupe commençait sérieusement à fatiguer. Nous voici chez Ducreux, puis le carrefour de la Vierge.Nous remontons la route sur 2km (pénible) et voici  l’auberge Franc-comtoise.  Nous venons de faire 18 km, nous sommes fatigués mais contents. Ce fut une belle journée; la dernière.

Ce fut aussi une semaine de 37 heures… et  près de 90 km parcourus.


Merci à Georges qui comme à son habitude nous a organisé une très belle rando. Tous les soirs, on se retrouvait pour « remémorer notre journée » et préparer la journée suivante. Surpris, du peu de monde que nous rencontrions sur le parcours.


Cette semaine était assez physique, mais on ne se lassait pas de ces paysages enneigés. De réelles cartes postales.


Merci à Francis notre trésorier et merci à vous tous, Sylviane, Liliane, Brigitte, Myriam, Jean-Louis, Bernard, Roger pour votre entraide, votre bonne humeur et votre participation au bon déroulement de cette semaine.
 


Christine







CLUB ALPIN FRANCAIS COLMAR MOYENNE ALSACE
MAISON DES ASSOCIATIONS
6 ROUTE D INGERSHEIM
68000  COLMAR
Contactez-nous
Tél. 06.42.07.21.59
Permanences :
jeudi 18:30-20:00 Salle 208 au 2e étage Bâtiment C
Agenda